Consommation d’eau dans l’agriculture : quelles solutions ?

L’eau est une ressource vitale pour tous les êtres vivants. Les fruits de l’agriculture sont également essentiels à chacun. L’agriculture a, on le sait, un grand besoin en eau....
eau agriculture

L’eau est une ressource vitale pour tous les êtres vivants. Les fruits de l’agriculture sont également essentiels à chacun. L’agriculture a, on le sait, un grand besoin en eau. Elle consomme d’ailleurs 70% de nos ressources en eau douce et il est intéressant de se questionner sur des solutions pour diminuer cette demande. Comment concilier agriculture et diminution des besoins en eau ? C’est le sujet que nous allons aborder.

Agriculture : des techniques pour consommer moins d’eau

Il existe différentes techniques pour baisser la consommation en eau des surfaces cultivables.

Les chercheurs tentent de promouvoir, le goutte à goutte de surface pour remplacer les techniques d’irrigation classiques. Le goutte à goutte de surface qui consiste à poser les tuyaux à même le sol, a déjà fait ses preuves dans l’arboriculture comme dans le maraîchage. Cette technique d’irrigation permet de réaliser une économie de 50 % d’eau par rapport à l’irrigation par rigoles, et de 15 % par rapport à l’irrigation par aspersion, couramment pratiquée en France.

Mais les agriculteurs le savent, la première mesure efficace pour moins consommer d’eau, c’est de recouvrir les sols avec des résidus végétaux. Avec cette protection, la terre est plus résistante aux pics de chaleur : l’ombre créée a pour effet de ralentir l’évaporation de l’eau et de préserver les racines.

Divers outils sont développés et la recherche ne cesse de proposer des solutions pour préserver l’eau. Un projet étonnant est celui des fermes aquaponiques. Elles produisent des aliments frais, sains et locaux, toute l’année. Le fonctionnement des fermes aquaponiques ÉAU est fondé sur la symbiose naturelle entre les plantes et les poissons. Il s’agit de la combinaison entre l’aquaculture – élevage de poissons – et l’hydroponie – production de fruits et légumes dans l’eau. Cette technique permet d’économiser 90% d’eau par rapport à l’industrie conventionnelle.

Les bois raméaux fragmentés

Le B.R.F. ou Bois Raméal Fragmenté n’est autre que du broyat de jeunes rameaux ligneux de feuillus : il ressemble beaucoup à du paillage (il peut d’ailleurs être fait des mêmes matières) mais son utilisation et ses atouts varient.

Avec le B.R.F., l’activité biologique, la faune et les champignons du sol sont très développés. De ce fait, les sols pauvres, poreux ou dégradés sont rapidement améliorés. Beaucoup de sels minéraux sont ainsi introduits dans le sol (magnésium, potasse, phosphore, calcium), car l’humus stocke l’azote et empêche le lessivage des nutriments vers la nappe phréatique. Le B.R.F. enfoui dans la terre lui permet aussi de bien garder l’eau afin de la restituer ensuite et faire ainsi moins d’arrosages.

De plus, le B.R.F accroit aussi la réserve en eau du sol par sa restructuration et régule son humidité grâce à l’augmentation de l’activité biologique. Les plantes résistent ainsi mieux à la sécheresse.

Consommer moins d’eau en récupérant l’eau de pluie

Connaissez-vous les citernes de récupération d’eau de pluie ? Elles font entre 30 et 600m3 et sont même adaptables sur-mesure. L’idée est de ne plus acheter de l’eau mais de la récupérer lors des intempéries pour la réutiliser ensuite dans les champs. Et vous n’êtes pas sans savoir que d’autres systèmes de récupération de l’eau existent.

Des cultures qui consomment trop d’eau ?

Le maïs est une des plantes les plus cultivées en France. A l’origine, c’est une céréale exotique très gourmande en eau. Le maïs doit, en plus, être arrosé pendant sa période de floraison en plein été ! Près de la moitié de l’eau utilisée en France l’est pour l’irrigation du maïs.

Et cette production ne cesse d’augmenter, car le maïs ainsi produit est principalement utilisé pour nourrir le bétail. On estime ainsi que 13 000 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1 kg de bœuf. Mais heureusement, il existe le phénomène de transpiration végétale. Un simple pied de maïs peut durant sa vie rejeter jusqu’à 200 litres d’eau. Extrapolé à l’échelle du champ de maïs, la quantité d’eau évaporée par les plants pourrait atteindre 38 cm, répartie sur le temps de la culture.

Et vous, agriculteurs, quelles techniques intéressantes mettez vous en place pour consommer moins d’eau ?

Categories
Eau

Articles liés