En quoi l’agroécologie aide à préserver la biodiversité ? Qu’est-ce que l’agroécologie ?

Contrairement à l’agriculture bio qui avait comme principe fondamental d’avoir un impact aussi neutre que possible sur l’environnement, l’agroécologie tente de faire de l’agriculture et de l’écosystème de vrais...

Contrairement à l’agriculture bio qui avait comme principe fondamental d’avoir un impact aussi neutre que possible sur l’environnement, l’agroécologie tente de faire de l’agriculture et de l’écosystème de vrais acteurs.

Dans l’approche agroécologique, l’environnement n’est plus un simple support qui subit la culture, il devient au contraire, un acteur principal qui définit de par sa nature de nombreux aspects de l’action de l’agriculteur.

Ainsi, l’agriculture écologique considère que l’écosystème et ses spécificités sont des acteurs influents et non plus de simples substrats. Il résulte de cette approche une façon nouvelle de planter, de choisir les espèces végétales et animales à produire.L’agriculture qui était, il n’y a pas si longtemps que ça, une activité traditionnelle qui se fondait dans son environnement naturel, ne l’affectait que légèrement et participait à sa préservation est devenue avec la modernisation des moyens de production une vraie source de pollution, de destruction des écosystèmes et de l’appauvrissement de la biodiversité.

Pour corriger ce problème, divers acteurs du monde agricole ont lancé il y a quelques décennies l’agriculture bio qui a été une démarche innovante qui a pour but de rationaliser la production agricole et de la rendre plus respectable de la nature et de la biodiversité.

Mais cette approche de l’agriculture biologique ne paraît pas suffisante pour certains et c’est pour cette raison que l’agroécologie a été pensée plus récemment et développée peu à peu dans nos campagnes.

Impact positif de l’agroécologie sur la biodiversité

L’agroécologie est basée sur le respect de l’écosystème et de la biodiversité et les pratiques de cette agriculture sont influencées par les environnements locaux. Ainsi, les espèces végétales cultivées dans le cadre de l’agroécologie sont des espèces locales ce qui permet d’éviter l’utilisation excessive de pesticides, d’engrais ou d’irrigation. De plus, la culture d’espèces locales permet d’éviter de bousculer l’équilibre écologique car ces espèces trouvent naturellement leur place sans forcément bousculer les autres espèces déjà présentes.

L’abandon de la monoculture dans le cadre de l’agroécologie a lui aussi son impact, les cultures diversifiées font que les sols s’érodent et s’appauvrissent très peu et ceci profite aussi bien aux cultures qu’aux autres plantes et aux animaux sauvages.

L’agroécologie est aussi un système de production très économe en ressources naturelles et énergétiques. La fertilisation ne se fait qu’avec des engrais verts, ce qui permet de recycler les déchets organiques. L’irrigation est limitée au strict nécessaire et n’est mise en place qu’avec des moyens qui optimisent l’exploitation de l’eau avec des pertes minimes et même la consommation d’énergie (électricité ou pétrole) est très limitée en agroécologie.

Les agriculteurs qui adhèrent à l’agroécologie ont une réelle volonté de créer un système de production durable, respectueux de l’environnement et qui prend en compte celui-ci dans chaque choix, chaque décision. Leur démarche va encore plus loin, ces agriculteurs reboisent les parcelles non cultivées et protègent les zones vulnérables contre l’érosion avec des moyens traditionnels et écologiques comme des haies vivantes et les digues filtrantes.

Categories
Biodiversité

Articles liés