Jardiniers amateurs : le recours obligatoire aux désherbants naturels

À l’aube de la nouvelle année, de nombreuses mesures prises par le gouvernement actuel entreront en vigueur, et ce, dès le 1er janvier. Et si les gilets jaunes ont...

À l’aube de la nouvelle année, de nombreuses mesures prises par le gouvernement actuel entreront en vigueur, et ce, dès le 1er janvier. Et si les gilets jaunes ont bousculé le programme des réformes de l’année passée, le prix du tabac est en hausse, celui du timbre aussi notamment. Et, ces nouveautés qui vont influer sur le pouvoir d’achat, aussi bien à la hausse comme à la baisse, ne sont pas les seules à entrer en vigueur. Après les pesticides néonicotinoïdes interdits depuis septembre dernier, dès le mois de janvier, tous les pesticides seront interdits pour les jardiniers amateurs. Exit donc les insecticides, les herbicides, les désherbants, les anti-nuisibles ou les fongicides chimiques ! Tout un arsenal dangereux aussi bien pour l’environnement que pour la santé (à l’origine d’empoisonnements, d’endommagements du système immunitaire, de perturbation du système hormonal, responsable de la baisse de la fécondité notamment) qui seront bannis des étales pour les particuliers. Une mesure qui permet alors d’éviter les 2 000 tonnes de pesticides déversés chaque année dans les jardins. Et fort heureusement, il existe de nombreuses astuces pour s’en passer et jardiner « bio ». Gros plan. 

Les solutions au naturel pour un jardin plus vert

Bien entendu, en tant que jardinier amateur, toutes les « mauvaises herbes » ne sont pas à éliminer. Elles ne sont pas toutes nuisibles et certaines ont d'ailleurs un intérêt. C’est le cas notamment de la mauve, de l’ortie, de la bardane, du trèfle blanc notamment et, si certaines sont un excellent « engrais vert », d’autres permettent d'attirer les auxiliaires ou luttent efficacement contre les nuisibles. Alors, après avoir fait le tri entre ces mauvaises herbes, rien de tel que d’opter pour un désherbant bio, naturel et écologique comme alternative aux produits chimiques

En marge, il est possible de disposer du carton marron sur les plantes indésirables, d’attendre qu’elles se dessèchent pour les déraciner sans mal. Décorer son jardin avec des plantes dont le port s’étale et retombe permet aussi de limiter la pousse des mauvaises herbes. C’est le cas notamment du géranium, des œillets, du millepertuis ou encore du muguet qui outre cette qualité, sont très odorants. D’autres techniques, employées par nos aïeux, consistent à employer la technique du « faux semis », technique qui consiste alors à aérer le sol et à attendre que les mauvaises herbes poussent d'elle-même avant de les retirer avec leurs racines. En parallèle, le fait de verser un peu de sel au niveau de la racine, de les arroser avec un mélange de vinaigre blanc et de sel, de saupoudrer de bicarbonate de soude ou de les arroser avec l’eau chaude de cuisson des pommes de terre permet de ralentir la croissance des herbes indésirables, de les retirer facilement surtout. Et, pour les adeptes du « DIY », rien de tel que de fabriquer du purin d’orties, un désherbant là encore naturel. Bien entendu, rien de tel que d’opter pour la technique du paillage, qui outre le fait de limiter la prolifération des plantes indésirables, permet de limiter l’arrosage et l’apport d’engrais. Pour finir, rien de tel que de sarcler régulièrement ses allées, pour déloger les mauvaises herbes.

Categories
Biodiversité

Articles liés