Paris devrait-elle s’inspirer du recyclage à Genève ?

En France, les déchets ménagers sont estimés entre 400 et 500 kg par an par habitant. Le recyclage est par conséquent un concept important à l’heure où les questions...
recyclage Paris Genève

En France, les déchets ménagers sont estimés entre 400 et 500 kg par an par habitant. Le recyclage est par conséquent un concept important à l’heure où les questions environnementales deviennent des enjeux planétaires vitaux. Pourtant, il n’est pas évident de recycler efficacement ses déchets quand on est un pays qui en produit justement beaucoup trop. En Europe, toutes les politiques de traitement des déchets mises en place ne se valent pas. La France devrait peut-être s’inspirer des actions de recyclage suisses. Finalement, notre belle capitale devrait-elle emprunter les chemins tracés par Genève en la matière ? Tour d’horizon.

Genève, une ville suisse qui tri de manière intelligente

A Genève, les habitants sont conscients du problème de tri des déchets qui existe. Ils ont donc trouvé des solutions pour faire leur maximum afin de recycler leurs ordures. Et il est impossible d’en dire autant de Paris… Dans la capitale Suisse les déchets sont triés par catégories :

  • Les ordures ménagères: les litières pour animaux, les couches culottes, les sacs d’aspirateur, les déchets que l’on ramasse lorsqu’on passe le balais, les contenus des cendriers et les cendres de cheminée.
  • L’aluminium et le fer blanc: canettes de boisson, barquettes, boîtes de conserve.
  • Les déchets organiques: de cuisine et de jardin.
  • Le verre: les bocaux, les bouteilles et les flacons.
  • Les piles et accumulateurs.
  • Le papier et le carton.
  • Les textiles.

A Paris en revanche, des poubelles de tri sont en place pour les ordures ménagères (poubelle verte), le verre (poubelle blanche) et les emballages en papier, carton, plastique, métal (poubelle jaune). Des associations comme Zéro Waste sensibilise en particulier les pouvoirs publics sur ces problématiques afin de faire avancer la réglementation. Petit à petit, les déchets alimentaires sont triés dans le nouveau bac marron grâce à un sac compostable et transparent, mais seulement encore dans peu d’arrondissements. De plus, il paraît difficile pour les Parisiens de respecter ce principe de tri, pourtant assez simple, quand on compare à l’effort de tri qui est demandé aux Genevois.

Mais où finissent nos déchets non triés ?

1,4 kg : c’est le poids moyen des déchets quotidiens d’une personne. Les pays développés produisent bien plus de déchets plastiques qu’ils ne devraient. La Suisse, bien qu’elle recycle ses déchets, est championne en termes de production de déchets. Une fois consommés, certains déchets terminent exportés dans des pays émergents qui sont incapables de les trier.

Les Chinois obligent la France à recycler son plastique

En France, on sait recycler le plastique dur. Mais pour ce qui est du plastique souple, c’est une autre affaire. Puisque les industriels n’avaient jusque-là pas envie de se compliquer la vie avec leurs déchets, c’est la Chine qui s’en occupait. En effet, les déchets plastiques souples étaient envoyés par conteneurs en Chine jusqu’à ce 24 septembre 2019. La France doit désormais se débrouiller avec ses déchets plastiques souples. Alors, peut-être va-t-elle innover comme Genève a su le faire avec ses nombreuses poubelles de tri et imposer un meilleur respect du recyclage.

Machaon, l’entreprise qui révolutionne le recyclage du plastique

Une entreprise unique au monde s’est créée à Châlons-en-Champagne dans la Marne. Elle s’appelle Machaon et a mis au point un système pour recycler les plastiques mous qu’elle transforme en petites billes de plastique.

Pour l’instant, ces billes n’intéressent que les fabricants de sacs poubelles car elles sont grises. Afin de vraiment lancer la filière, il faudrait que Coca Cola ou Danone les achètent pour en refaire des emballages. Mais le gris, ça ne les emballe pas, sauf si on les incite !

À partir de 2021, les industriels qui utiliseront 20% de ce plastique recyclé pour fabriquer leurs emballages, auront un bonus financier que leur versera Citeo, une entreprise privée qui gère le recyclage en France. Voilà comment grâce aux Chinois qui nous ont dit de nous débrouiller avec nos poubelles, la France est en train de mettre en place doucement mais sûrement sa filière de recyclage et peut-être atteindra bientôt le niveau de Genève.

Toutefois, lorsqu’on sait qu’en matière de recyclage tous les pays européens ne sont pas de bons élèves, ne faudrait-il pas que Paris ouvre la voie à de nouveaux débats au sein de l’Union européenne ? Si chaque action préservant notre planète est en effet bonne à prendre, l’union ne fait-elle pas la force ?

Categories
Durable

Articles liés